COVID-19 : faisons-nous bon usage de notre vie?

Classé dans : Blog | 1

Retour quelques mois en arrière, en mars 2020. En quelques jours, le gouvernement français avait annoncé la fermeture des écoles, des restaurants et de tous les lieux de rassemblement social et culturel, ainsi que le confinement total de la population chez elle. Les entreprises qui le pouvaient ont mis en place le travail à distance et celles qui ne le pouvaient pas ont envisagé des mesures de chômage temporaire. Avec la propagation de la pandémie COVID-19 et les mesures drastiques prises par les gouvernements pour la contenir, il était tentant de céder à la peur, à la panique et à la paranoïa. Toute crise, comme l’écrivait Hannah Arendt, est une occasion de faire tomber des préjugés devenus inadéquats, et donc de philosopher, pour renouveler son regard sur le monde en questionnant nos manières habituelles de penser ce qui nous arrive.

Penser, comme l’indique l’étymologie du mot (« pensare »), c’est d’abord peser, comparer, et donc poser un jugement. C’est cet acte-là auquel la philosophie stoïcienne nous invite à prêter attention. Au tout début, je prenais la crise à la légère, pensant que les médias exagéraient. J’étais même fière de dire que je réagissais sans excès (sous-entendu avec sagesse !). Mais l’annonce de la fermeture d’écoles a été un choc. Après une journée de panique – entre la peur du virus lui-même, l’angoisse d’avoir mes enfants à la maison pendant cinq semaines et la question de savoir combien de temps nous pourrions survivre sans les commandes de nos clients – je me suis dit que cette crise constituait ma petite formation stoïcienne personnelle. Outre la préoccupation légitime pour la santé de la population et les conséquences sociales et économiques, cet enfermement posait un grand défi pour des gens occupés comme moi : se retrouver face à soi-même. Sans travail, sans loisirs extérieurs pour remplir notre vie, avec l’exigence de minimiser les déplacements, je devais redécouvrir comment me contenter d’une situation que je n’avais pas choisie mais contre laquelle je ne pouvais rien faire.

La relecture de l’ouvrage de Sénèque, « La brièveté de la vie », me fit le plus grand bien:

« Ce n’est pas que nous disposions de très peu de temps, écrit-il, c’est plutôt que nous en perdons beaucoup. La vie est suffisamment longue et elle nous a été accordée avec une générosité qui nous permet d’accomplir de très grandes choses, à condition que nous en fassions toujours bon usage ; mais lorsqu’elle s’égare dans le luxe et l’insouciance, lorsqu’elle n’obéit à aucune valeur, il nous faut la contrainte de la nécessité suprême pour que nous nous apercevions qu’elle est passée alors que nous n’avons pas compris qu’elle était en train de s’écouler. Ainsi en est-il : la vie qui nous échoit n’est pas brève, nous la rendons brève ; elle ne nous fait pas défaut, nous la gaspillons. »[1]

La pandémie devrait être un signal d’alarme pour nous tous, à titre individuel et collectif. J’ai compris que je pouvais prendre les cinq (peut-être dix ?) prochaines semaines comme une grande opportunité de prolonger ma vie en ne la gaspillant pas – c’est encore vrai aujourd’hui, presqu’un an après. Il s’agit certainement autant de ce que je fais – comment je décide d’utiliser mon temps -, que de la façon dont je le fais – l’attention que je porte à chaque instant, aussi petit soit-il, l’amour et l’attention que je mets dans mes paroles et mes actes. Sur le plan collectif, à la lumière des préoccupations liées au changement climatique et à la surconsommation, c’est aussi l’occasion de tester une frugalité joyeuse. Nous n’avons pas créé cette opportunité, mais la voici.


[1] Sénèque, De la brièveté de la vie, Paris, Rivages Poche, Petite Bibliothèque, 2016.


Crédits: Photo by Mandy de Jong on Unsplash

Pour citer cet article: Flora Bernard, "COVID-19 : faisons-nous bon usage de notre vie?". Publié sur Stoa Gallica le 1 février 2021. Consulté le 31 juillet 2021. Lien: http://stoagallica.fr/?p=1458.
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *