Par où commencer ? Mes 10 conseils de lectures stoïciennes

Classé dans : Blog | 0

A la demande d’un membre du groupe Facebook Stoïcisme contemporain (Stoa Gallica), voici une sélection de dix ouvrages dont je conseille la lecture, avec un commentaire personnel expliquant pourquoi je l’ai sélectionné. Cette liste d’ouvrages est établie avec l’ordre dans lequel j’en conseille la lecture. J‘ai choisi à la fois des œuvres originales et les ouvrages qui commentent et analysent ces textes pour en expliquer les principes.

1. Manuel d’Épictète (éditions Le Livre de Poche, traduction et commentaires par Pierre Hadot)

C’est avec ce livre que j’ai vraiment débuté mon étude sur le Stoïcisme, et le Destin a voulu que je tombe sur cette édition avec les commentaires inestimables de Pierre Hadot. S’il existe d’innombrables versions du Manuel, je conseille sans réserve cette édition si vous parvenez à la trouver.

2. et 3. Pensées de Marc Aurèle (dans Les Stoïciens II, éditions Gallimard) et Introduction aux “Pensées” de Marc Aurèle de Pierre Hadot.

Si la lecture des Pensées par elles-mêmes peut déjà s’avérer enrichissante, ce n’est en rien comparable de celle faite en l’accompagnant de l’analyse éclairée de Pierre Hadot qui en montre la véritable portée et en tire les principaux dogmes de la philosophie stoïcienne.

4. et 5. Entretiens d’Épictète (dans Les Stoïciens II, éditions Gallimard) et Étude sur Épictète par Théodore Colardeau.

Les Entretiens peuvent être considérés comme le développement du Manuel, puisque Arrien l’a voulu comme une synthèse pratique de ces premiers, et surtout comme un vademecum à conserver par devers soi et à consulter dès que le besoin s’en fait sentir. L’étude menée par Théodore Colardeau éclaire et dissèque ces Entretiens, tant sur la forme que sur le fond, et c’est à ma connaissance, la seule véritable analyse qui ait été réalisée, et aussi complète, sur cette œuvre.

6. Les Stoïciens III – Musonius, Épictète, Marc Aurèle (édition Les Belles Lettres, par Thomas Bénatouïl)

J’ai redécouvert récemment le travail de Thomas Bénatouïl et son analyse des principes de la philosophie stoïcienne au travers de la notion de “faire usage” (des choses et des événements, d’autrui, de nos représentations, de nos ressources, etc.), et je trouve qu’il synthétise clairement et efficacement des concepts importants disséminés dans toute la littérature qui nous est parvenue de la période impériale (Sénèque excepté). Cet ouvrage, bien plus digeste que son autre livre sur le même sujet (Faire usage : la pratique du stoïcisme, aux éditions Vrin), est toutefois à réserver à des personnes ayant déjà des connaissances sur les trois disciplines du jugement, du désir et de l’action (présentées à la fois par Pierre Hadot dans le Manuel d’Epictète et l’Introduction aux Pensées de Marc Aurèle, cités ci-dessus).

7. et 8. Lettres à Lucilius de Sénèque (éditions Robert Laffont) et Sénèque – Direction spirituelle et pratique de la philosophie (éditions Vrin, par Ilsetraut Hadot)

Les Lettres à Lucilius, notamment dans cette version traduite par Henri Noblot et revue par Paul Veyne, ont conservé un ton très moderne, et le style de Sénèque est nettement moins âpre que celui d’Epictète. Si la forme est plus accessible, il est parfois plus difficile de capter le fond de la philosophie stoïcienne, et les lectures précédentes permettront d’en tirer la substantifique moëlle qui se trouve enrobée dans le style oratoire de Sénèque. C’est aussi pourquoi je conseille d’adjoindre à cette lecture celle de l’ouvrage d’Ilsetraut Hadot qui analyse et extrait de ces Lettres les concepts utilisés par Sénèque dans son travail de directeur spirituel pour Lucilius.

9. Essai sur le système philosophique des stoïciens (éditions Encre Marine, par F. Ogereau)

F. Ogereau présente dans ce livre le système stoïcien dans son unité et selon ces trois parties (logique, éthique et physique). Il vise à démontrer sa cohérence théorique, et je n’en recommande la lecture qu’après avoir bien digéré les concepts clés exposés dans les ouvrages précédemment cités.

10. Les philosophes hellénistiques, vol. II, Les Stoïciens (éditions Flammarion, par Long et Sedley)

Ce livre est à mon avis indispensable lorsqu’on commence à s’intéresser aux sources principales du stoïcisme et à la compréhension des principaux concepts. Il s’agit plus d’un ouvrage auquel on se réfère pour approfondir tel ou tel concept, plutôt qu’un livre qu’on va lire d’une traite. Je ne le conseille donc qu’aux personnes désireuses d’explorer le système philosophique stoïcien dans ces moindres aspects.


Crédits: Photo by Sharon McCutcheon on Unsplash.

Pour citer cet article: Jérôme Robin, "Par où commencer ? Mes 10 conseils de lectures stoïciennes". Publié sur Stoa Gallica le 23 mars 2021. Consulté le 16 mai 2021. Lien: https://stoagallica.fr/?p=1302.
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *