Affichage : 1 - 10 sur 26 RÉSULTATS

Harmoniser sa raison avec la raison universelle – Atelier de Jérôme Robin (Journée stoïcienne 2023)

L’exercice de familiarité avec la Nature vise à prendre conscience que les réalités physiques du monde et celles physiologiques de notre corps ne sont que des conséquences nécessaires et accessoires du fonctionnement de la Nature universelle.

[Vœux 2024] Saisissez chacun de vos jours certains, sans confiance dans un possible lendemain

Je vous souhaite pour cette nouvelle année, et à la suite de la lecture de ces quelques réflexions, de prendre conscience de la valeur inestimable du temps qui nous est imparti, d’être reconnaissant de chaque nouveau jour que le Destin vous accordera et de vous remémorer d’en faire un usage raisonné en donnant votre pleine attention au moment présent, et ce en commençant dès aujourd’hui.

Le covoiturage, une application de la philosophie stoïcienne ? 2/3

Dans cet article, nous allons nous intéresser à l’objet « voiture » en tant que tel. Nous allons d’abord le passer au crible de l’exercice de définition physique proposé par Marc Aurèle dans ses Pensées. Puis nous soulignerons l’importance de la bonne application des notions de bien et de mal dans le jugement de valeur porté sur cet objet, et enfin nous en questionnerons l’usage, et ce selon les deux points de vue des covoitureurs : en tant que conducteur (rapport à sa propre voiture) ou en tant que passager (rapport à la voiture d’autrui).

Louables calamités

Il existait chez les les stoïciens des développements tout faits sur ce qu’on appelle dans le langage ordinaire des « calamités » (ce que l’on appelle plus généralement dans le vocabulaire technique stoïcien des indifférents non-préférables).
L’idée stoïcienne que le seul mal est le mal moral donnait à ces développements une allure paradoxale. De plus, l’idée que la manière d’user des indifférents n’est pas indifférente, et donc que ces prétendus maux peuvent être l’occasion d’un bien, conduisait à célébrer ces calamités par des éloges.