La Vie Bonne: les 27 préceptes essentiels

Classé dans : Blog | 0

Dernièrement j’ai choisi une occupation passionnante : je traduis des livres sur le stoïcisme depuis l’anglais.

Mon épouse, qui n’est pas attirée par l’étude de la philosophie, me demanda un jour : « Peux tu me résumer les grandes idées du stoïcisme afin que je puisse partager ton centre d’intérêt? »

Après réflexion, il m’a semblé que l’Enchiridion ou le Manuel d’Épictète constitue le meilleur point de départ. Je viens de terminer la traduction en français du Manuel de la Vie Bonne écrit par le célèbre auteur stoïcien Chuck Chakrapani, et en voici le résumé.

Introduction: les enjeux de la vie bonne et harmonieuse

Nous naissons et sommes projetés dans la vie humaine, immergés dans l’Univers.

Nous sommes aptes à nous développer physiquement et intellectuellement, à nous reproduire et nous mourons.

Au cours de l’enfance et de toute ou partie de l’adolescence nous dépendons fortement de nos parents ou de ceux qui nous élèvent. Ils nous permettent d’atteindre l’autonomie, soyons leur reconnaissants.

Dès lors, lancé dans la vie, quiconque veut subsister aura moins à fournir d’efforts pour affronter les éléments naturels qu’à l’aube de notre ère ; il devra cependant s’efforcer de survivre mais le véritable enjeu se trouve dans l’épanouissement.

L’homme est un animal social qui vit en relation avec la nature, vivons en harmonie avec notre milieu et avec les autres.

Quelle est la façon la plus simple de vivre harmonieusement : devons-nous absolument comprendre l’univers, nous fier à Dieu ? Pas nécessairement, comme le démontre ces principes que nous pouvons suivre pour atteindre la Vie Bonne.

Les 27 préceptes essentiels de la vie bonne

1. Comprendre la sphère de contrôle.
Pour atteindre la liberté et le bonheur, contentons-nous de nous préoccuper de ce que nous contrôlons totalement : ce que nous croyons, désirons ou rejetons, ce qui nous attire ou nous repousse. {1}

2. Rejetons seulement ce que nous contrôlons.
Si nous souhaitons ou repoussons seulement les choses que nous maîtrisons, dès lors nous ne nous sentirons pas victimes de ce que nous voulons éviter. Dirigeons notre rejet sur ce que nous maîtrisons et qui est contraire à notre nature. {2}

3. Rappelons-nous de la nature des choses.
Lorsque nous éprouvons la sensation d’agréable ou d’utile, tentons de nous figurer quelle en est la vraie nature, pour les biens comme pour les personnes. Par exemple, quand nous embrassons notre enfant ou notre femme, rappelons-nous qu’ils sont mortels. Ainsi nous ne connaîtrons pas la détresse s’ils venaient à disparaître. {3}

4. Tout peut mal tourner.
Quand nous planifions, imaginons tout ce qui peut se produire, sans oublier les aspects négatifs. En procédant de la sorte, nous ne serons pas effondrés en cas d’événements imprévus. {4}

5. Ce sont nos interprétations qui nous perturbent.
Ce ne sont pas les événements qui nous perturbent mais c’est la façon dont nous les interprétons. Même la mort, en soi, n’est pas effrayante. C’est notre vision de la mort, comme un événement terrifiant, qui nous effraie. Tenons-nous responsables de nos émotions négatives, ne les imputons pas aux autres. C’est la sagesse même, que d’éviter les reproches tant pour soi-même que pour les autres. {5}

6. Nous ne sommes pas ce que nous possédons.
Ne soyons pas fiers de ce que nous possédons. Quelle qualité nous appartient véritablement ? L’analyse sensée de nos premières impressions. Examinons-les avec raison et ne nous vantons pas. Nous n’existons ni par nos richesses ni par nos facultés. {6, 44}

7. Soyons toujours prêts.
Ainsi va la vie. Nous avons de nombreuses responsabilités : nos épouses, nos enfants et beaucoup d’autres. Mais rappelons-nous : soyons préparés pour tout abandonner quand nous devrons mourir.  {7}

8. Ce qui sera, sera.
Ne souhaitons pas que les événements surviennent comme nous l’aimerions. Préférons accueillir tout ce qu’il advient. C’est le chemin vers la paix intérieure, la liberté et le bonheur. { 8}

9. L’esprit n’est pas affecté par les problèmes.
La maladie ou l’infirmité sont des problèmes qui affectent le corps, non l’esprit, sauf si nous le décidons. Si nous nous entraînons à déterminer la bonne origine des problèmes, nous évaluerons rapidement que rien de ce qui arrive de l’extérieur ne nous concerne. {9}

10. Nous disposons de ressources pour relever tous les défis.
Sachons mobiliser nos ressources : contre l’attirance inappropriée, la retenue ; contre la douleur, l’endurance ; contre les insultes, la patience. Si nous optons pour cette ligne de conduite, nous comprendrons qu’il n’existe aucun défi qui ne puisse être relevé. {10}

11. Nous ne pouvons perdre ce qui ne nous appartient pas.
Avant tout, reconnaissons que nous ne possédons rien ; donc nous ne pouvons rien perdre : ni biens, ni conjoints, etc. Pensons à tout ce qui nous a été confié, dont nous sommes libres de bénéficier pour une durée déterminée. {11}

12. Évitons les pensées anxiogènes.
Choisir de ne pas se montrer anxieux, c’est choisir de ne pas réaliser toutes ses attentes. Ce que nous abandonnons permet de gagner de la tranquillité d’esprit. {12}

13. Ignorons les jugements des autres.
Pour progresser, soyons prêts à passer pour ignorants ou naïfs. Nous ne pouvons pas vivre en accord avec la nature et dans le même temps nous soucier de choses hors de notre contrôle. {13}

14. Détournons-nous des aspirations trop élevées.
Nous pouvons éviter la déception en choisissant de ne pas désirer ou rejeter les éléments que d’autres contrôlent. {14}

15. Apportons de la compassion.
Nous pouvons rencontrer des personnes en détresse morale ou affective. Offrons-leur de la sympathie, des paroles réconfortantes, démontrons même une tristesse partagée. Assurons-nous cependant de ne pas nous affliger nous-mêmes. {16}

16. Évitons l’impulsivité.
En cas de provocation, si nous réagissons avec colère, ou sous l’emprise d’autres émotions négatives, notre esprit est piégé et nous porte à croire que nous sommes blessés. En prenant un peu de recul, nous réagirons de manière plus contrôlée. {20}

17. Prenons conscience de la mort.
Lorsque nous subissons des situations difficiles, souvenons-nous de la perspective de la mort et d’autres tragédies qui pourraient survenir ou même surgir réellement.
En comparant nos difficultés à la mort, nous nous rendrons compte que celles-ci ne méritent pas tous nos tracas. {21}

18. Ne recherchons pas l’approbation d’autrui.
Nous compromettons notre intégrité en recherchant l’approbation des autres. Satisfaisons-nous de vivre avec nos principes de raison. {23}

19. Gardons notre place dans nos relations.
Dans toutes les interactions sociales, assurons notre rôle de père, mère, frère, ami, citoyen, sans tenir compte du comportement des autres. {30}

20. Soyons authentiques.
Décidons quel type de personne nous voulons incarner et respectons-le.
Restons le même, que nous soyons seuls ou en société. {33}

21. Soyons conscients de nos limites.
Rien ne sert d’entreprendre des actions hors de nos moyens.
Ce faisant, nous risquons de manquer l’occasion de réussir une action bien maîtrisée. {37}

22. Prenons soin de notre esprit comme de notre corps. Il est bénéfique d’entretenir son corps par l’alimentation, l’exercice, etc. Cependant tout ne doit pas être concentré sur le corps aux dépens de l’esprit qui doit être entretenu avec précaution pour éviter les atteintes à notre intégrité morale. {38, 41}

23. Acceptons les critiques avec bienveillance.
Lorsqu’une personne nous critique, elle le fait en pensant avoir raison. {42}

24. Sachons évaluer avec justesse.
Ne pas évaluer trop rapidement les autres nous évitera les mauvaises perceptions. {45}

25. Ne nous vantons pas de nos principes.
Évitons l’étalage de nos principes mais mettons-les plutôt en pratique pour démontrer que nous les avons intégrés. {46}

26. Les sources de bienfait ou de nuisance sont en nous.
Notre préoccupation doit se concentrer sur nous-mêmes pour ne pas entraver nos progrès. {48}

27. Restons fidèles à nos décisions.
Lorsque nous entreprenons une action, soyons persévérants pour la mener à bien ; restons déterminés sans nous laisser influencer. {50}


A noter:

Je ne saurais trop conseiller de lire la totalité de la version moderne du Manuel d’Épictète rédigée par Chuck Chakrapani, éditeur du magazine anglais The Stoic Magazine.

Sur les 53 chapitres du Manuel, 29 d’entre eux ont été jugés essentiels et actuels ; ils ont été résumés et 2 d’entre eux ont été combinés à d’autres pour donner 27 préceptes. La ou les référence(s) de chapitre du Manuel figurent en fin de chaque précepte.

Pour citer cet article: Michel Rayot, "La Vie Bonne: les 27 préceptes essentiels". Publié sur Stoa Gallica le 19 février 2021. Consulté le 18 septembre 2021. Lien: https://stoagallica.fr/la-vie-bonne-les-27-preceptes-essentiels/.
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *