Stoïcisme et pensée commune: l’exemple du langage courant et de Grand Corps Malade

En quoi le stoïcisme est-il présent dans la pensée commune ? Au-delà des références explicites que l’on trouve chez certains auteurs contemporains[1], quels traits caractéristiques de la philosophie stoïcienne voit-on émerger, au café, dans les journaux, à la radio ou sur les plateaux TV ?

Le langage courant

La première forme de présence du stoïcisme dans la pensée commune, c’est le langage. Et en effet, on trouve une trace de la pensée stoïcienne dans certaines expressions courantes comme « être stoïcien », « rester stoïque », ou « réagir avec stoïcisme ». Mais quelle est ou quelles sont les images de la philosophie stoïcienne véhiculées par ces expressions ? Être stoïcien, selon la définition du dictionnaire, c’est dans un premier sens, appartenir à l’école stoïcienne. Mais le deuxième sens, qui est celui le plus répandu en dehors des cours de philosophie, n’est pas proprement philosophique. Être stoïcien, dans la pensée commune, signifie témoigner d’une impassibilité courageuse devant le malheur ou dans la douleur. La philosophie stoïcienne, beaucoup plus complexe et nuancée, est réduite dans la pensée commune à une absence de réaction face au malheur ou face à la douleur. De même, le stoïcisme d’une personne désigne, par réduction du premier sens, philosophique, du terme (appartenir à l’école stoïcienne ou être adepte de cette philosophie), sa fermeté ou son impassibilité, comme dans l’expression « supporter ses malheurs avec stoïcisme ». L’adjectif stoïque, quant à lui, est uniquement réservé à cet usage courant et non philosophique. On ne dira pas d’un philosophe stoïcien qu’il est stoïque, par exemple, mais cet adjectif est passé dans le langage courant pour désigner, là encore, celui qui manifeste une grande impassibilité devant la douleur ou le malheur. Stoïque est alors synonyme de stoïcien, mais pas de philosophe stoïcien[2].

Grand Corps Malade

Sans entrer dans les détails de cette réduction du stoïcisme à un trait caractéristique et parfois caricatural du sage idéal, on voit que le stoïcisme est présent, aujourd’hui encore, dans la pensée commune. En écoutant le texte du slammeur français Grand Corps Malade intitulé « Je dors sur mes deux oreilles », extrait de l’album Midi 20 (2006), j’ai été frappé par la présence, tout au long du texte, de références implicites au stoïcisme, ou du moins à une manière stoïcienne de vivre dans le monde.

Le retournement de l’obstacle

Au milieu du premier couplet, Grand Corps Malade utilise une expression courante, ici en rapport à son handicap, qui lui a permis de développer d’autres talents et de devenir un slammeur reconnu sur la scène internationale malgré un grave accident qui lui a enlevé une partie de sa mobilité. Cette expression, c’est l’adage populaire selon lequel « tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ». Cette expression renvoie à l’idée commune partagée par beaucoup selon laquelle chaque obstacle doit être un moyen de se surpasser. Or, cette idée trouve en partie son origine dans le stoïcisme, dans lequel chaque obstacle, chaque difficulté doit être un moyen de s’améliorer, de se perfectionner, de progresser sur le chemin de la vertu. On trouve cette idée exprimée par exemple dans le texte de Sénèque De la Providence :

« Le malheur est l’occasion de la vertu. »

Sénèque, De providentia, IV, 6

« Un arbre n’est solide et robuste que s’il subit sans trêve les attaques du vent : car ces ébranlements même resserrent son tissu et fixent plus fermement ses racines ; ceux qui croissent dans la tiédeur des vallons n’offrent aucune résistance. Il est donc de l’intérêt de l’homme de bien, s’il veut être impénétrable à la crainte, de vivre environné des plus cruelles menaces et d’accepter avec patience les maux qui n’en sont réellement qu’autant qu’on les supporte mal. »

Sénèque, De providentia, IV, 16

On trouve cette même idée aussi chez Marc Aurèle, dans les Pensées pour moi-même, lorsqu’il décrit l’attitude du sage face aux malheurs :

« Être semblable au promontoire contre lequel se brisent continuellement les flots ; il reste immobile et autour de lui s’apaise le gonflement des vagues. (…) Souviens-toi au reste, à tout motif de chagrin, de ce principe : ”Non, ce n’est pas une malchance ; et c’est une chance de la supporter généreusement.” »

Marc Aurèle, Pensées, IV, 49

Serein en pleine tempête

La fin du premier couplet rappelle un autre principe stoïcien en lien avec les difficultés de la vie, les coups durs et autres obstacles. Certes, nous dit Grand Corps Malade, « la vie est dure », mais cela n’empêche pas, selon lui, de réussir sa vie, de « garder les idées pures » : « toi tu dis que la vie est dure et au fond de moi je pense pareil, mais je garde mes idées pures et je dors sur mes deux oreilles ». Face aux difficultés de la vie, face aux événements extérieurs, face à la mauvaise fortune, pour reprendre les termes de Sénèque, Grand Corps Malade veut rester serein. Cette sérénité face aux malheurs que la vie nous fait rencontrer, quoi de plus stoïcien ? Quoi de plus stoïcien que cette sérénité de Grand Corps Malade : « je suis vraiment serein et je suis pas prêt de péter un câble », dit-il encore dans le troisième couplet.

La joie simple d’exister

Dans la suite du texte, Grand Corps Malade rappelle que la vie est fragile, le destin bancal, mais il y a, dans chaque existence, un tas de choses qui valent la peine d’être vécues et Grand-Corps Malade invite ceux qui l’écoutent à prendre conscience de ces choses-là. Prendre conscience des joies simples de l’existence, changer d’« état d’esprit », voir le monde autrement pour ne plus se focaliser sur les malheurs qui surviennent nécessairement, mais profiter de chaque instant que la vie nous donne : « chaque petit moment banal, je suis capable d’en profiter », dit-il. Quel parallèle étonnant entre ces paroles de Grand Corps Malade et l’appel stoïcien à vivre dans l’instant présent, à ne pas rester piégé dans le passé ou l’avenir, mais prendre conscience de la chance qui nous est donnée de vivre cette journée, cette heure, cette minute, cet instant, et en profiter comme il se doit, c’est-à-dire, pour les stoïciens, pour vivre de manière vertueuse, en accord avec la nature, dans la joie simple d’exister. Cette invitation à vivre dans l’instant présent, Marc Aurèle la présente à son âme dans une de ses pensées :

« Ô mon âme, seras-tu jamais bonne, simple, une, nue, plus visible que le corps qui t’entoure ? Feras-tu jamais l’expérience de tes dispositions à aimer et à chérir ? Seras-tu jamais satisfaite, sans besoin, sans regret, sans désir d’aucun être, vivant ou non, qui serve à la jouissance de tes plaisirs ? Cesseras-tu de désirer du temps, pour avoir une jouissance plus longue, de l’espace, une contrée ou un climat favorable, un heureux accord entre les hommes ? Te contenteras-tu jamais de la situation présente ? Te plairas-tu à ce qui existe présentement ? »

Marc Aurèle, Pensées X, 1

Ce qui dépend de moi

Dans la dernière partie du texte, Grand Corps Malade rappelle, de manière conforme à la philosophie stoïcienne, l’invulnérabilité de tout être humain face aux autres et face aux événements extérieurs : « j’ai les moyens de me sentir bien et maintenant, ça, je m’en rends compte », dit-il. Chaque personne a la capacité, peu importe ses difficultés et les circonstances pénibles dans lesquelles elle vit, de se sentir bien, dans le vocabulaire de Grand Corps Malade, ou d’être heureux, dans le vocabulaire stoïcien. De nouveau, on a un beau parallèle avec l’idée stoïcienne selon laquelle on peut être heureux dans toutes les circonstances de la vie, même les plus dures, et que cela dépend entièrement de nous. Nul besoin d’une petite fortune ou d’un certain nombre d’amis pour se sentir bien au sens fort du terme, c’est-à-dire pour être heureux. Pour les stoïciens, une vie vertueuse, en accord avec la nature, suffit, ce que Marc Aurèle, une nouvelle fois, n’oublie pas de rappeler dans ses Pensées :

« Toute nature est satisfaite d’elle-même quand elle suit le bon chemin. »

Marc Aurèle, Pensées VIII, 7

« Joie de l’homme : faire ce qui est le propre de l’homme. Propre de l’homme : bienveillance envers ses semblables, mépris des émotions de la sensibilité, discernement des représentations vraisemblables, vue d’ensemble de la nature de l’univers et des événements qui y sont conformes. »

Marc Aurèle, Pensées VIII, 26

Pour conclure

L’analyse de quelques expressions courantes et l’exemple de Grand Corps Malade montrent bien l’existence de parallèles assez forts entre la pensée commune et certaines idées stoïciennes : l’impassibilité du sage, dans le cas des expressions courantes, la sérénité face aux difficultés de l’existence, dans le cas de Grand Corps Malade, mais aussi la joie simple d’exister, et la possibilité, pour chaque être humain, peu importe les circonstances extérieures, d’être heureux. Ces lieux communs d’une sagesse populaire sont teintés de stoïcisme. Même s’il n’y a pas, dans la plupart des cas, de références explicites à la philosophie stoïcienne, et si certains éléments sont parfois caricaturaux, il s’agit tout de même d’une présence diffuse et implicite de principes stoïciens, partagés, parfois sans le savoir, par un grand nombre de personnes.


[1] C’est le cas, par exemple, de Pierre Hadot. Sur ce point, voir « Pierre Hadot et le stoïcisme ». Mais c’est aussi le cas d’Alexandre Jollien, par exemple. Ainsi, on retrouve, de manière explicite, une référence constante à certaines idées maîtresses du stoïcisme dans les ouvrages d’Alexandre Jollien, philosophe suisse, auteur de l’Eloge de la faiblesse, ouvrage dans lequel il revient sur son expérience du handicap et le rôle important que la philosophie a joué dans son acceptation du handicap.

[2] Pour approfondir ce préjugé courant sur le stoïcisme, voir l’article de Donald Robertson, « Quelle différence entre stoïcisme et Stoïcisme ? ».


Crédits: Grand Corps Malade en concert sur la scène Landaoudec lors du festival du Bout du Monde 2018 à Crozon dans le Finistère (France), Thesupermat, Licence CC BY SA.

Maël Goarzin

Docteur en philosophie, membre fondateur et secrétaire de Stoa Gallica, auteur du carnet de recherche Comment vivre au quotidien: https://biospraktikos.hypotheses.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×