La valeur de l’amitié

Ce texte est une traduction en français, par Michel Rayot et Maël Goarzin, de l’article de Kai Whiting et Santara Gonzales, “The value of friendship“, paru au mois de février 2022 dans le magazine The Stoic, dirigé par Chuck Chakrapani. Nous remercions les auteurs et l’éditeur de The Stoic de nous avoir donné l’autorisation de traduire ce texte et de le publier ici.

Kai Whiting est co-auteur de Being Better : Stoicism for a World Worth Living In. Il est chercheur et chargé de cours en développement durable et stoïcisme à l’UC Louvain, en Belgique.

Santara Gonzales est la Présidente et co-fondatrice de Wisdom Unlocked, une organisation à but non lucratif qui utilise les principes stoïciens pour aider des personnes à garder de bonnes dispositions dans les circonstances difficiles.


La valeur de l’amitié

par Kai Whiting et Santara Gonzales

« Le bonheur n’est point pour quiconque n’envisage que soi, rapportant tout à son utilité propre : il nous faut vivre pour autrui si vous voulons vivre pour nous. » – Sénèque, Lettres à Lucilius, 48, 1.

L’empereur romain Marc-Aurèle nous rappelle dans ses Pensées que « nous ne sommes pas faits pour nous-mêmes, mais pour les autres » et que nous devons traiter autrui de façon juste et équitable. Ses conseils s’inscrivent dans la perspective du cosmopolitisme, principe selon lequel nous faisons tous partie d’une communauté universelle, comme l’indiquent les cercles concentriques de Hiéroclès, qui mettent en évidence notre relation avec nous-mêmes, notre famille, nos amis, notre communauté et le monde. Dans cet article, nous nous concentrerons sur la vision stoïcienne de l’amitié. Les stoïciens reconnaissent la valeur de la véritable amitié, réciproque et bénéfique par nature, qui dépasse la capacité d’entraide. L’amitié stoïcienne représente une valeur intrinsèque, parce que les deux amis se concentrent sur le développement d’une disposition intérieure exemplaire et partagent de vraies valeurs. Ce qui rend noble une amitié stoïcienne, c’est l’excellence de la disposition intérieure de l’ami, rien de plus, rien de moins. En fait, au sens strict, les seules personnes qui peuvent réellement incarner un ami sont les sages vertueux et quasi mythiques, qui nous indiquent les caractéristiques que nous devons prendre en considération lorsque nous choisissons un ami ou lorsque nous offrons notre amitié. Comme le dit Sénèque dans sa lettre 9 intitulée pourquoi le sage se fait des amis :

« L’homme dont on a fait le choix pour en tirer des services cessera de plaire du jour où il ne servira plus à rien » (Sénèque, Lettres à Lucilius, 9, 9, trad. H. Noblot, revue par P. Veyne).

Les stoïciens considèrent les amis comme des indifférents préférables : quelque chose que nous préférerions normalement avoir, mais qui n’est pas fondamental à notre épanouissement (seule la culture d’une bonne disposition intérieure peut garantir notre bonheur). Ils accordent toutefois une grande valeur à l’amitié. Lorsque deux personnes s’engagent dans une amitié en raison d’un fort sentiment d’attention et de considération pour l’autre, elles s’apportent un soutien mutuel dans leur progression réciproque vers le bonheur (eudaimonia en grec), c’est-à-dire une vie digne d’être vécue. Cependant, comme l’écrit A.A. Long, spécialiste du stoïcisme :

L’amitié stoïcienne consiste en des relations d’aide mutuelle, cependant cette entraide, au sens du bénéfice matériel, n’est pas son fondement ; l’amitié est cultivée pour elle-même et pour l’ami, et non pour un quelconque intérêt. (A.A. Long, “Friendship and friends in the Stoic theory of good life”. In Thinking About Friendship, Palgrave Macmillan 2013. Notre traduction)

L’amitié de Sénèque avec Lucilius offre de nombreux éclairages sur la vision stoïcienne de l’amitié. Les nombreuses lettres que Sénèque a écrit pour encourager son jeune ami dans sa poursuite vers le bonheur en constituent un élément concret. Comme Sénèque l’écrit dans la lettre 48 à Lucilius :

« Le bonheur n’est point pour quiconque n’envisage que soi, rapportant tout à son utilité propre : il nous faut vivre pour autrui si vous voulons vivre pour nous… tout sera commun entre amis, si presque tout l’est d’homme à homme. » (Sénèque, Lettres à Lucilius, 48, 1, ed. Aversa)

Sénèque, dans la lettre 35, décrit à Lucilius la nature d’une amitié stoïcienne, qui selon lui, n’est pas seulement amour et affection :

« Pour le présent, tu m’aimes, mais tu n’es pas un vrai ami. ”Comment ! ce n’est pas la même chose ?” Non, c’est assez différent : qui est un ami nous aime, qui nous aime n’est pas toujours un ami. C’est pourquoi l’amour fait quelquefois du mal, alors que l’amitié est toujours bonne. » (Sénèque, Lettres à Lucilius, 35, 1, trad. H. Noblot, revue par P. Veyne)

Au lieu de cela, l’amitié stoïcienne va au-delà de l’amour et s’embarque dans un voyage où les deux amis se fondent en un seul esprit. De concert, ils s’efforcent d’avoir une bonne disposition intérieure, alignée avec le Divin. L’amitié doit être réciproque en ce sens que tous deux deviennent de meilleures personnes pour le bien de toute l’humanité et de la planète. Un ami stoïcien est « un alter ego » (Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, VII, 23) et l’amitié stoïcienne implique « l’accord sur tout ce qui est humain et divin, ainsi que la bonne volonté et l’affection » (Cicéron, Sur l’amitié 20). Ainsi, se forger une bonne disposition intérieure et devenir un véritable ami ne se produisent pas de manière isolée.

Les amitiés qui ne profitent qu’à une seule personne ou seulement aux amis, au détriment de la communauté dans son ensemble, ne sont pas de véritables amitiés stoïciennes. S’entourer de personnes partageant les mêmes idées, qui prennent soin de nous comme nous le faisons à leur égard, qui s’engagent dans un dialogue ouvert et honnête, et qui nous soutiennent dans nos réussites et nos difficultés, nous permet d’établir des relations profondes et durables. Nous finirons peut-être par n’avoir que quelques amis, mais c’est la qualité, et non la quantité qui compte.

Les stoïciens nous rappellent que l’amitié est la rencontre de deux êtres qui partagent le même objectif : développer une bonne disposition intérieure et mener une vie épanouie. Sans que nous ayons un besoin absolu d’amitié, nos vies sont bien enrichies par un véritable compagnon pour notre cheminement vers la meilleure version de nous-mêmes.


Crédits: Photo by Briana Tozour on Unsplash.

Pour citer cet article: Michel Rayot, "La valeur de l’amitié". Publié sur Stoa Gallica le 15 avril 2022. Consulté le 5 octobre 2022. Lien: https://stoagallica.fr/la-valeur-de-lamitie-par-kai-whiting-et-santara-gonzales/.
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.